La nature et le montant des indemnisations forfaitaires attribuées aux infirmiers réquisitionnés pour gérer la crise sanitaire ont été précisés dans un arrêté publié le 30 mars dernier. Prise en charge, déplacement, hébergement : ce soutien financier concerne les professionnels comme les étudiants.

Les infirmiers libéraux conventionnés ou non et les infirmiers remplaçants bénéficient désormais d’une indemnisation horaire brute, variable selon les tranches d’heures (36 € pour la plage 8h-20h ; 54 € pour les plages 20h-23h et 6h-8h ; 72 € pour la plage 23h-6h, les dimanches et les jours fériés).

Seule condition pour y prétendre, ils devront travailler «dans le cadre d’une réquisition en dehors de leur lieu habituel d’exercice». Les infirmiers retraités ou sans activité professionnelle pourront également prétendre à une rémunération circonstanciée, quoique légèrement inférieure (24 € pour la plage 8h-20h ; 36 € pour les plages 20h-23h et 6h-8h ; 48 € pour la plage 23h-6h, les dimanches et les jours fériés). D’autres catégories d’infirmiers disposeront d’une compensation spécifique, à commencer par les infirmiers salariés des centres de santé.

Les étudiants bénéficient d’un « régime » spécifique

Les étudiants infirmiers et les étudiants aides-soignants profiteront eux aussi d’une indemnisation forfaitaire horaire brute, à condition d’exercer « dans le cadre d’une réquisition au-delà de leur obligation de service » (12 € pour la plage 8h-20h ; 18 € pour les plages 20h-23h et 6h-8h ; 24 € pour la plage 23h-6h, les dimanches et les jours fériés). Pour les frais de déplacement et d’hébergement, les professionnels et les apprentis réquisitionnés seront logés à la même enseigne. Ils seront « pris en charge selon les modalités applicables aux déplacements temporaires des personnels civiles de l’Etat ».

Dans la plupart des cas, les indemnisations et les remboursements des frais occasionnés seront « versés par la caisse primaire d’assurance maladie du département duquel relève le représentant de l’Etat ayant émis l’ordre de réquisition ».

Consulter l’arrêté sur Légifrance

Un chiffre résume à lui seul l’ampleur du risque sanitaire lié au Covid-19 : plus de 70 000 personnes âgées en perte d’autonomie sont actuellement hébergées dans près de 7 000 EHPAD.

Pour protéger cette population particulièrement vulnérable, le ministre des Solidarités et de la Santé a pris des mesures fortes le 28 mars dernier. En complément du « plan bleu », déclenché il y a presque un mois, Olivier Véran a promis le déstockage quotidien de 500 000 masques chirurgicaux, quitte à s’appuyer davantage sur les départements et leurs propres réseaux de distribution pour simplifier et accélérer l’acheminement.

Il entend également tester en priorité les personnels de ces établissements, les invitant par ailleurs à réduire au maximum leurs déplacements. Il n’exclut pas non plus un isolement individuel préventif des résidents, même si la décision finale n’a pas encore été validée par le pouvoir exécutif.

Autre engagement notable : le ministre de la Santé dit avoir mandaté les ARS pour organiser un parcours de soins adapté au grand âge. Deux options sont envisagées, à savoir l’identification d’une filière d’admission hospitalière spécifique pour les malades du coronavirus et le renforcement du soutien apporté par les équipes mobiles sein des EHPAD.

L’Ile-de-France est la région française la plus touchée par le Covid-19. Pour pallier le manque de moyens humains, le ministère du Travail vient de débloquer une enveloppe exceptionnelle de 18 millions d’euros.

Elle permettra de recruter 9 000 étudiants infirmiers, soit 4 500 dans les hôpitaux de l’AP-HP et 4 500 dans les autres hôpitaux publics et privés franciliens. Concrètement, les indemnités de stage seront revalorisées à hauteur de 1 400 euros par mois, contrairement aux normes habituellement en vigueur (112 euros par mois en première année, 152 euros par mois en deuxième année, 200 euros par mois en troisième année).

Autre région sinistrée, le Grand Est a reçu 11 millions d’euros. Cette somme contribuera également à revaloriser les indemnités de stage des 6 600 élèves infirmiers et des 1 600 élèves aides-soignants* déjà mobilisés sur le terrain. Ils percevront respectivement 1 400 et 1 000 euros par mois.

Pour accompagner un personnel soignant débordé, le ministère du Travail aura donc choisi de prélever 29 millions d’euros sur les crédits du plan d’investissement dans les compétences (PIC).

Si l’ANdEP salut le geste, elle regrette cependant que ce soutien financier se limite pour l’instant à quelques territoires, et non à l’ensemble du pays.

(*) En temps normal, les apprentis aides-soignants ne perçoivent aucune indemnité de stage.

Selon les termes d’un arrêté publié le 26 mars dernier, les orthophonistes peuvent recourir à la télésanté pour parer à l’urgence sanitaire, à l’exclusion des bilans initiaux et des renouvellements de bilan.

Une quinzaine d’actes pourront désormais être pratiqués par vidéotransmission et facturés à l’assurance maladie*, dont la rééducation et/ou le maintien et/ou l’adaptation des fonctions de communication, du langage, des troubles cognitivo-linguistiques et des fonctions oro-myo-faciales chez les patients atteints de pathologies neurologiques d’origine vasculaire, tumorale ou post traumatique.
Ils seront toutefois conditionnés à la réalisation préalable d’un premier soin par l’orthophoniste, en présence du patient. Autres conditions posées : la présence d’un des parents pour les mineurs et la présence d’un aidant pour les personnes en perte d’autonomie.
Exceptionnelle et temporaire, cette mesure est également facultative. Il appartiendra à chaque professionnel de déterminer la pertinence du télésoin, en fonction de la situation donnée et dans le respect absolu des règles déontologiques.

(*) Voir : https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000041755801

Dans un courrier adressé au ministre des Solidarités et la Santé, le CNOMK* demande « la publication en urgence d’un texte permettant aux kinésithérapeutes de pratiquer le télésoin ».

Pour la profession, l’enjeu est double. Selon sa présidente, cette autorisation contribuerait à limiter les séquelles subies par certains patients, en assurant des soins essentiels «au moins pendant la période de circulation active du virus». Elle prend notamment pour exemple les suites de traumatologie et de chirurgie orthopédique, et plus particulièrement les personnes victimes d’atteintes neurologiques graves et évolutives ou les personnes âgées confinées.

Pour Pascale Mathieu, cette pratique atténuerait également «les difficultés économiques majeures» liées à la fermeture des cabinets, raison pour laquelle elle a d’ailleurs choisi d’adresser un courrier équivalent au ministre de l’Economie et des Finances. «En suivant les recommandations de leur ordre professionnel, les masseurs-kinésithérapeutes ne peuvent pas bénéficier d’une indemnisation compensatoire, s’agissant d’une décision civique et non administrative», regrette-t-elle.

(*) Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes – CNOMK.

70 pays ; 90 000 cas ; 3 000 morts. Inédit et imprévisible, le bilan provisoire du coronavirus sème un vent panique aux quatre coins de la planète. Les premières études scientifiques se montrent toutefois rassurantes, notamment quant à la létalité supposée du Covid-19.

Selon le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, le taux de mortalité serait de 2,3 %. A titre de comparaison, le SRAS* (10 %) et le MERS** (30 %) étaient beaucoup plus virulents, quoi que moins contagieux.

Autre donnée cruciale : la grande majorité des patients serait touchée par une forme bénigne de la maladie (80 %), les cas sévères (15 %) et critiques (5 %) n’étant finalement pas si nombreux, toute proportion gardée. Selon l’université américaine Johns-Hopkins, plus de 30 000 patients seraient d’ores-et-déjà rétablis, soit un bon tiers des personnes infectées, même si plusieurs cas de recontamination ont récemment été rapportés en Chine.

D’après les premières constatations épidémiologiques, les sujets âgés, fragiles et immuno-déprimés seraient plus exposés. Hypertension, diabète, cancer, maladies cardiovasculaires, hépatiques ou respiratoires : les patients antérieurement atteints d’une pathologie chronique seraient plus susceptibles de développer une pneumonie sévère, un syndrome de détresse respiratoire aiguë ou encore un choc septique, soit les principales formes de complications répertoriées à ce jour.

La course aux traitements

Dans ces conditions, la découverte d’un traitement médical fait office de priorité mondiale de santé publique. Selon le vice-président américain, il faudra néanmoins patienter quelques mois encore. Rien n’est prévu avant cet été, voire cet automne. Plus complexe, la mise au point d’un vaccin efficace sera plus longue. Toujours selon Mike Pence, elle ne devrait pas intervenir avant la fin de l’année, voire le début de l’année suivante. Les premiers essais cliniques devraient être lancés dans les six prochaines semaines.
Un temps envisagé, le recours à la chloroquine n’a pas été validé par la communauté scientifique, malgré des résultats cliniques jugés encourageants par certains experts. Le message du gouvernement français est limpide : « Aucune étude rigoureuse publiée dans une revue internationale à comité de lecture indépendant ne démontre l’efficacité de la chloroquine pour lutter contre l’infection au coronavirus chez l’être humain. » Pour l’heure, les personnes infectées se contentent donc de traitements symptomatiques, tels que des antipyrétiques ou des antibiotiques…

(*) Le syndrome respiratoire aigu sévère aura provoqué 774 décès entre 2002 et 2003. Plus de 8 000 personnes avaient été infectées dans 30 pays.

(**) Le syndrome respiratoire du Moyen-Orient aura provoqué 567 décès entre 2012 et 2013. Plus de 1 500 personnes avaient été infectées dans 26 pays.

Le 4 février dernier, le Haut Conseil des professions paramédicales a favorablement jugé le projet de décret* qui encadre les expérimentations visant à favoriser la transversalité des formations médicales et paramédicales, via des enseignements communs.

Même si elle n’a qu’une dimension consultative, la voix du HCPP a une portée hautement symbolique. A tout le moins, elle valide la stratégie déployée par les pouvoirs publics, avec un objectif clairement affiché : renforcer la coopération interprofessionnelle, dès les premiers stades de l’apprentissage.

Techniquement, ce projet de décret détaille les modalités opérationnelles de la réforme qui concerne les universités comportant une unité de formation et de recherche en médecine, en pharmacie, en odontologie et en maïeutique. Concrètement, les établissements volontaires pourront mutualiser des enseignements avec des instituts de formation paramédicaux (infirmiers, sages-femmes…).

Rappelons également que ces expérimentations auront une durée maximale de six ans. Si le texte est adopté en l’état, les grandes manœuvres débuteront à la rentrée 2020.

 

Le nouveau ministre de la Santé n’a pas tardé à prendre position. Quelques jours après sa prise de fonction officielle, Olivier Véran s’est fendu de quelques annonces fortes au sujet des professions paramédicales qui évoluent dans la sphère hospitalière.

Selon lui, les services de soins ont besoin d’équipes stables, de lits et de personnels en nombre suffisant pour fonctionner. Il s’est notamment engagé à ce que « toute absence prévisible de professionnel paramédical hospitalier de plus de 48 heures soit remplacée » pour que « le principe de polyvalence subie par les soignants ne soit plus la règle ». Il effectuera d’ailleurs des propositions concrètes en ce sens, dès le mois d’avril.

Sans préciser l’échéance, il entend également traiter la question de la rémunération des carrières paramédicales.

Olivier Véran a par ailleurs confirmé le lancement d’une étude sur le niveau de rémunération des soignants et des médecins en France. « Il s’agit de mettre à plat les constats pour objectiver les différentiels, notamment à l’échelle internationale et entre secteurs public et privé », soulignait-il, dans l’un de ses premiers communiqués.

Quelques jours avant de tirer sa révérence, l’ancienne ministre des Solidarités et de la Santé était en visite officielle à l’IFAS* de Nanterre. La nouvelle candidate à la mairie de Paris profitait de l’occasion pour annoncer une série de mesures co-construites avec des aides-soignants, des représentants de la formation, des organisations syndicales et des employeurs.

Compétences, formation, qualité de vie au travail : Agnès Buzyn entend renforcer l’attractivité en berne d’un métier hautement stratégique. Parmi les principales dispositions présentées le 13 février dernier, citons notamment la suppression définitive du concours d’aide-soignant, qui sera remplacé par un système d’examen de dossier et d’entretien oral valorisant davantage les qualités attendues, à commencer par les qualités relationnelles. « Cette mesure s’appliquera dès le mois de septembre, avec un mécanisme transitoire pour ne pas pénaliser celles et ceux qui préparent actuellement le concours », précisait-elle. Autres annonces fortes : l’allongement et le recalibrage de la formation initiale pour mieux coller à la réalité de l’exercice ; la création d’une nouvelle formation collective certifiante, axée sur les besoins des personnes âgées ; la création d’un fonds national de prévention doté de 40 millions d’euros pour améliorer la gestion de la sinistralité.

(*) Institut de formation des aides-soignants – IFAS.