Articles

Professeur d’anglais à l’IFSI de la Fondation Léonie Chaptal en région parisienne, Michel Lemieux mène actuellement une étude inédite sur l’utilisation de l’anglais dans la pratique infirmière en France et en Europe.

Ce projet doit notamment permettre de mieux cerner les besoins des IDE en la matière. Il doit également permettre de mieux former les futurs élèves infirmiers. Trois minutes vous suffiront pour répondre à une vingtaine de questions. Les résultats complets de cette enquête déclarative seront dévoilés à la fin du mois de septembre.

Pour plus d’informations

Une première session de formation aux usages de l’intelligence artificielle a été organisée début mars dans tous les instituts paramédicaux de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Annoncé lors des Assises régionales de la santé il y a quinze mois, ce programme thématique doit permettre de sensibiliser les formateurs et les étudiants aux enjeux professionnels, éthiques et médicaux de l’IA. Pour accompagner la transformation des apprentissages et des métiers, cette initiative sera prolongée dans le temps. Au cours du semestre, des contenus spécifiques seront notamment déployés à l’attention des infirmiers de pratique avancée. D’ici au mois de janvier prochain, une formation en ligne sera accessible à tous les étudiants en soins infirmiers de troisième année.

Première européenne à l’échelle d’une région, ce programme a été mis en œuvre par Ethik-IA, une initiative académique et citoyenne qui cherche à promouvoir un mode de régulation positif des algorithmes en santé, fondé sur la garantie humaine.

La procédure de recertification prévue dans le projet de loi santé a été élargie par les députés.

Ainsi, le texte, actuellement soumis aux sénateurs, instaurerai pour les membres de sept professions de santé (médecin, chirurgien-dentiste, sage-femme, pharmacien, infirmier, masseur-kinésithérapeute, pédicure-podologue) une obligation de se soumettre à un contrôle régulier de ses compétences.

Ce revirement est dû aux pressions exercées par les Ordres des professions citées. « La recertifiction repose sur une véritable mise à jour continue des compétences par l’analyse des pratiques et s’inscrit pleinement dans une logique de droit à l’information du patient », avait indiqué l’Ordre national des infirmiers (ONI). « Au moment où l’on parle d’équipe de soins, de collectif de soins autour du patient, de communauté professionnelle, réserver cette recertification aux seuls médecins, alors qu’elle est un gage de qualité et de sécurité des soins dus aux patients, n’aurait pas de sens. »

Pour la Fédération nationale des infirmiers (FNI), la recertification n’entraînera « rien de révolutionnaire ou de nouveau », car elle ressemble au Développement professionnel continu (DPC) déjà en vigueur.

Depuis plusieurs années, nous constatons que les conditions de travail des soignants se dégradent.

De nombreuses études (Conditions de travail 2013, SUMER 2010) le démontrent, l’actualité du début d’année 2018 en est aussi une preuve au regard des grèves des personnels des EPHAD, des médecins et équipes urgentistes qui dénoncent leurs conditions de travail pouvant être dangereuses pour les patients mais aussi pour les soignants.

Le monde de la santé comme celui de la formation en santé est en pleine mutation. Les réformes arrivent par vague, voire parfois comme des déferlantes avec ses lots d’injonctions paradoxales et un leitmotiv « faire des économies ».

Garder le cap est parfois difficile et ce à tous les niveaux. Les établissements de santé et les instituts de formation essayent d’affronter cette évolution non sans répercussion sur les pratiques quotidiennes des soignants et des non soignants. On note une intensification du travail, des incompréhensions devant la complexification des process, une perte de sens du travail, de la violence… qui se traduit par « une usure » des professionnels, de l’absentéisme, des abandons de formation et une baisse d’attractivité pour les métiers de la santé.

La fonction publique hospitalière vit depuis plusieurs années de grandes mutations entrainant un changement culturel peu accompagné qui favorise l’émergence des Risques Psycho-sociaux (RPS). Même si les acteurs sont conscients de l’existence des RPS, les établissements de santé ont encore des difficultés à les appréhender et à les prévenir.

Le Diplôme Universitaire de conseiller en prévention des risques psychosociaux à l’université de Cergy-Pontoise.

Cette formation vise à acquérir les méthodologies, les outils, les techniques permettant de mieux comprendre et appréhender les risques psychosociaux pour faire face aux situations humainement délicates. Elle s’adresse à toutes personnes concernées par la gestion de la prévention des risques, du management de la qualité de vie et de la santé au travail.

Elle comporte les axes suivants axes:

  • Identifier et comprendre les RPS

  • Approcher le cadre légal des RPS

  • Organiser et conduire une mission de prévention RPS

  • Intervenir en qualité de conseiller en prévention des RPS

  • Cycle de conférences et stage de 20 jours

Cette formation donne les ressources aux professionnels pour agir de l’intérieur pour faire évoluer les représentations et les pratiques professionnelles dans une dynamique pluriprofessionnelle.

Pour conclure, comme le souligne Yves Clot  il faut « soigner le travail » et « passer de la gestion des ressources humaines à la gestion humaine des ressources ».

Voir la présentation de cette formation

Gaetane FAY HENRY, Directrice des Instituts de Compiègne Noyon

La loi sur la formation professionnelle, l’assurance chômage et l’apprentissage a été publiée au Journal officiel du 6 septembre. Le Conseil constitutionnel a validé l’essentiel de la réforme et a donné son feu vert à la monétisation du compte personnel de formation et la transformation du congé individuel de formation en une modalité spécifique d’utilisation. Le texte « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » entrera progressivement en vigueur à horizon 2021.

Le diplôme universitaire (DU) de digital learning à distance arrive à Paris !

La formation, intitulée «DU digital learning designer» doit s’ouvrir en janvier 2019. Il s’agit d’une formation-action, au cours de laquelle des professionnels en exercice– sont mis en situation et doivent réaliser un projet de façon autonome.

Formation hybride, en présentiel et distanciel, elle est encadrée par un tuteur. Le déroulé, de janvier à juillet est compatible avec les agendas professionnels des formateurs.

Plus d’infos sur le site dédié 

 

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=Ltmcoo0fr_A&w=853&h=480]

Soulignons l’existence d’un DU « Gestion des risques dans la prise en charge des patients en établissement de santé » mis en place par l’Université d’Angers. Durée de la Formation: 1an.

« Ce DU, contrairement aux formations qualité et gestion des risques généralistes permet à des praticiens (médecins, pharmaciens, odontologistes, sages-femmes, professionnels de santé non-médicaux) d’intégrer des démarches méthodologiques adaptées à la spécificité de leur exercice.

Cette formation se veut axée sur l’acquisition de « savoir faire » et donc donne une place prépondérante à l’action concrète dans la spécialité. La personne formée sera accompagnée dans la mise en œuvre de la gestion des risques dans son activité. »

En savoir plus