Articles

Faute d’accord, le Ségur de la santé a été prolongé de quelques jours. Si la question des salaires polarise les débats, certains sujets stratégiques ne devront pas être relégués au second plan, à commencer par la revalorisation des carrières paramédicales.

Le Ségur de la santé n’est pas tout à fait terminé. Initiée le 25 mai, cette vaste concertation devait s’achever le 3 juillet. Faute d’accord, la synthèse des travaux a finalement été repoussée de quelques jours. Les parties prenantes ont convenu d’un délai supplémentaire pour parvenir à un accord sur l’épineuse question des salaires. Quelle que soit l’issue des discussions, la primeur des annonces devrait être réservée au président de la République. Elles pourraient d’ailleurs intervenir le 14 juillet, date de sa prochaine allocution à la nation. La semaine dernière, il livrait quelques indices sur le contenu de ce discours, à savoir « un investissement de 15 à 20 milliards d’euros dans la santé » et « plusieurs milliards » pour « améliorer la rémunération des personnels médicaux et non médicaux ».
Désormais piloté par Jean Castex, le nouveau gouvernement est attendu au tournant. Le Premier ministre devra mener à bien une négociation serrée, tant les positions semblent figées. Ambitieux, il veut néanmoins boucler son premier dossier sensible « dès cette semaine ».

Des propositions jugées insuffisantes

Malgré les efforts consentis, la dernière offre d’Olivier Véran peine à convaincre. Le ministre de la Santé promet une enveloppe de 6,4 milliards d’euros* pour revaloriser les salaires des professions paramédicales et médico-techniques, soit une rallonge de 400 millions par rapport à sa première proposition. Qu’importe sa dimension historique, cette somme est jugée insuffisante par les partenaires sociaux. Selon la plupart d’entre eux, elle ne permettra pas de satisfaire aux revendications initiales, à savoir une hausse de 300 euros nets par mois. Pour certains syndicats, l’intégration du secteur privé pourrait consommer un tiers des crédits alloués, réduisant de fait le potentiel d’augmentation des salariés de l’hôpital public. D’autres syndicats s’inquiètent également de la ventilation de cette dépense. Plusieurs observateurs estiment que le gouvernement s’apprête à répartir ses deniers sous la forme d’une revalorisation générale des salaires, d’une hausse ciblée sur certaines professions et de mesures d’intéressement.

Une chose est sûre : les fonds débloqués ne seront pas immédiatement versés aux principaux intéressés. Comme un symbole, la refonte de la grille indiciaire de la fonction publique hospitalière ne devrait pas être amorcée avant 2022.

Le chantier de la formation

L’argent ne sera pas le seul nerf de la guerre. La revalorisation des carrières sera tout aussi décisive. Les propositions les plus concrètes en la matière émanent de la Fédération de l’hospitalisation privée, qui préconise un plan massif de formation initiale et continue, dont elle chiffre le montant à deux milliards d’euros. Pour couvrir les besoins des établissements de santé du pays, 34 000 infirmières et 24 000 aides-soignantes devront être rapidement formées, soit le double des capacités actuelles. La FHP identifie également plusieurs mesures concrètes visant à restaurer l’attractivité des métiers paramédicaux, comme l’inclusion de nouveaux actes et de nouvelles missions dans les référentiels d’activité, la création de passerelles entre différents métiers par le biais de la formation ou encore la reconnaissance professionnelle et financière des efforts consentis par les professionnels pour acquérir de nouvelles compétences et exercer de nouvelles missions. Dans cette même optique, la FHP plaide en faveur d’une simplification des processus d’évolution et d’accession aux qualifications et aux diplômes, prenant notamment pour exemple la simplification du système de validation des acquis des infirmières pour accéder au statut d’Ibode. En l’état, le gouvernement n’a toujours pas pris position sur ces recommandations.

(*) Les médecins, les internes et les étudiants en santé bénéficieront d’une enveloppe de 600 millions d’euros, dont les deux-tiers pour les seuls PH, portant ainsi le montant total de l’investissement consenti par le gouvernement pour revaloriser les salaires hospitaliers à sept milliards.

Regroupés au sein de l’Association Nationale des Directeurs d’École paramédicale, les représentants du secteur de la formation n’ont pas été conviés au Ségur de la santé. En dépit d’une absence qu’ils jugent « dommageable et contre-productive », ils souhaitent néanmoins partager leurs pistes de réflexion.

Toutes filières confondues, dans le public comme dans le privé, les directeurs des instituts de formation paramédicale sont des « partenaires légitimes » du système de soins. Mis au ban du Ségur de la santé, une vaste concertation qui réunira pendant plusieurs semaines près de 300 acteurs du secteur, ils n’en restent pas moins des « interlocuteurs privilégiés » des agences régionales de santé et des structures de soins, mais aussi de l’éducation nationale, des associations étudiantes, des conseils régionaux ou des directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale.

Parmi les grands axes stratégiques retenus par les pouvoirs publics, la reconnaissance des soignants sera naturellement « un sujet central ». L’ANdEP approuve et soutient les mesures visant à revaloriser les salaires de « tous les professionnels qui œuvrent au service de la nation ». La réflexion devra néanmoins être prolongée au-delà de la seule rémunération :
« Nous pensons qu’il convient de mettre fin à la dichotomie ancestrale entre les professions médicales et paramédicales. Nous proposons ainsi de supprimer l’appellation « auxiliaires médicaux » du Code de la santé publique. »

Moteur du changement systémique actuellement en discussion, le chantier de la formation ne doit pas être relégué au second plan : « Une représentation des directeurs d’institut de formation au sein de la gouvernance du système de santé serait tout à fait appropriée. » A tout le moins, une évolution des référentiels en vigueur sera indispensable pour « anticiper les compétences dont la population aura besoin demain ». La coopération interprofessionnelle devra notamment être appréhendée « dès les premiers stades de l’apprentissage ».
L’aboutissement du processus d’universitarisation des formations paramédicales participe de cette logique, tout comme la création d’une section de qualification en sciences infirmières, en sciences de la rééducation et de la réadaptation et en maïeutique au sein du Conseil
national des universités. « Des enseignants-chercheurs issus de nos rangs contribueront à améliorer les connaissances cliniques, la prise en charge des patients et la formation des futurs soignants. Ils doivent désormais trouver leur place dans les universités, au même titre que les PU-PH. »

Souhaitables, l’indépendance et l’autonomie des professions paramédicales nécessitent des changements radicaux. « Force est de constater qu’il existe un décalage de plus en plus important entre les valeurs développées durant la formation et la réalité opérationnelle à laquelle les nouveaux professionnels sont confrontés. La quête de sens perpétuelle ou la non-reconnaissance de leur identité dans l’exercice de leur fonction sont des éléments qui contribuent à leur épuisement, leur donnant un sentiment d’inefficacité ou d’inachevé. »

De toute évidence, la question du bien-être des étudiants et des formateurs ne peut plus être éludée, dans l’intérêt général. « La politique de stage doit être revisitée de fond en comble. Outre les conditions d’accueil, la reconnaissance et la valorisation du statut de tuteur pourrait avoir des effets bénéfiques pour l’ensemble du système de santé. » Pourtant très attractives, les professions paramédicales souffrent aujourd’hui d’un «déficit d’attractivité et de fidélisation » lié à un « manque de considération flagrant des pouvoirs publics », alors qu’elles ont « pleinement démontré leur utilité » durant la crise sanitaire.

Florence GIRARD
Présidente ANdEP
Contact : courriel : f.girard@ch-ussel.fr
Téléphone : 06 83 20 28 16

 

Lancé le 25 mai, le « Ségur de la santé » réunira pendant plusieurs semaines près de 300 acteurs du système de soins.

Cette concertation inédite s’articulera autour de quatre piliers stratégiques, destinés à réformer un secteur hospitalier en souffrance, voire en déshérence. Étrangement, les représentants de la formation n’ont pas été conviés à ces réflexions, alors même que l’apprentissage incarne plus que jamais le point de départ d’un changement qui se doit d’être structurel et pérenne.

Notre double valence, symbolisée par nos liens tutélaires avec les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, nous a-t-elle exclus de cette discussion ?

Responsables du développement des compétences des futurs professionnels paramédicaux, les directeurs d’instituts sont pourtant des partenaires légitimes du système de soins. Avec le concours des équipes pédagogiques, ils s’attachent à anticiper les besoins dans un cadre désespérément figé, où les référentiels n’évoluent pas ou trop peu.

Est-il nécessaire de rappeler notre rôle pendant la crise pour être entendus ? Nous avons su apporter notre contribution dans les nombreuses structures de soins débordées, souvent dans l’urgence, tout en garantissant la continuité des enseignements, malgré des ressources numériques très inégales selon les territoires. Nous n’avons pas ménagé nos efforts, en optimisant le fonctionnement de nos instituts, sans perdre de vue l’échéance critique de la diplomation des étudiants, un temps remis en cause par un contexte sanitaire très incertain.

Si la crise a mis en exergue des zones de fragilité dans le système de santé, elle a également exacerbé le manque de considération accordé au circuit de la formation et à ses acteurs.

Tandis que les inscriptions sur la plate-forme ParcourSup révèlent un fort engouement pour les professions paramédicales, il serait grand temps de reconnaître et de valoriser le tutorat exercé par des praticiens, l’accueil en stage constituant une étape fondamentale dans la poursuite des études et la construction professionnelle.