«Quel est le plus grand progrès accompli par notre pays au cours des 70 dernières années ? […] c’est l’allongement de la durée de vie». C’est par ces mots que le président de la République Emmanuel Macron engage le débat autour du plan dépendance – une de ses promesses de campagne.

Le 13 juin 2018, le locataire de l’Élysée prononçait un discours devant le 42e congrès de la Mutualité française, réuni à Montpellier. Il a profité de cette tribune pour annoncer la mise en place de la mesure, qui doit répondre aux principaux enjeux liés au vieillissement de la population. Que comprend donc ce plan dépendance ?

«À cause du reste à charge, beaucoup de nos concitoyens n’ont pas les moyens de sourire, de manger, d’entendre, d’apprendre à lire», a précisé Emmanuel Macron, faisant ainsi écho à une de ses promesses de campagnes les plus consensuelles : la fin du reste à payer. En clair, le président veut un remboursement à 100% des lunettes, des prothèses auditives et des prothèses dentaires. Pour appuyer cette réforme fiscale, le nombre d’audioprothésistes sera augmenté et la profession d’assistant dentaire sera étendue.

Par ailleurs, il a annoncé la mise en place de trois nouvelles consultations pour les enfants de trois ans et les jeunes de 24 ans, «dont un examen optique». Une mesure de lutte contre le renoncement des soins face aux pathologies simples.

«Pour les plus vulnérables […] nous devons assumer d’avoir un accompagnement social. Nous devons reconnaître, mieux rémunérer les travailleurs sociaux». Les aides sont aussi un cheval de bataille de l’exécutif. En plus d’une meilleure rémunération des travailleurs sociaux, il est question de rehausser l’allocation solidarité aux personnes âgées (ex-minima sociaux). Après une première valorisation de 30€ au 1er avril, une seconde valorisation de «30 euros, au 1er janvier prochain» a été annoncée.

De la fiscalité, donc, mais pas que. Car, le locataire de l’Élysée insiste : «les solutions à apporter au problème ne sauraient être que budgétaires». Dans cette logique, Emmanuel Macron est revenu sur l’inefficacité présumée des aides sociales et a fait référence à un système expérimenté dans le département du Haut-Rhin (68) où les bénéficiaires du RSA sont incités à faire du bénévolat.

Ces mesures disparates, mêlant réformes fiscales et systémiques, constituent les premières annonces du plan dépendance du président de la République. Pour coller à ses promesses de campagnes, Emmanuel Macron devra procéder à de nouvelles annonces pour un des enjeux les plus cruciaux des décennies à venir : l’accompagnement du vieillissement, étroitement lié aux questions de la chirurgie ambulatoire et de l’hospitalisation à domicile.


Crédit Photo: N. Mergui / Mutualité Française